Les tentatives de la Corée du Sud pour ramener le public dans les salles de cinéma

On n’aura jamais autant entendu parler de la Corée du Sud que cette année, d’abord avec le succès planétaire du film Parasite et maintenant, en raison de la gestion exemplaire de la Covid-19.

Après plus de deux mois de quarantaine volontaire et un ralentissement inévitable de l’économie, la Corée du Sud entame sa phase de réouverture avec beaucoup de prudence en dépit des chiffres qui démontrent le succès du gouvernement à aplatir la courbe des infections.

Le cinéma coréen : une industrie très performante

L’année 2019 a été une année riche pour la Corée du Sud et ce, à bien des égards. D’abord, avec le succès phénoménal de Parasite de Bong Joonho, le grand public découvrait le cinéma coréen. Une reconnaissance doublement symbolique pour eux, car cette industrie soulignait ses 100 ans d’existence cette même année. C’est un secteur important de l’économie auquel le gouvernement a toujours été très attentif afin de protéger et de développer les productions nationales face aux films internationaux. Le résultat de ces politiques culturelles est plutôt payant puisque 51 % des admissions en 2019 sont dédiés à des films coréens, chiffre demeuré stable depuis neuf ans.

De nouveaux records ont également été atteints sur le nombre d’entrées au box-office coréen : 227 millions, soit une augmentation de 4,8 % par rapport à l’année 2018 et des recettes globales de 1,62 milliards de dollars US, soit une hausse de 5,5 %. (source : KOFIC)

L’année 2020 s’annonçait toute aussi fructueuse, mais la Covid-19 a brisé cet élan prometteur, puisque les trois quarts des salles de cinéma ont dû fermer leurs portes fin février, faute de public.

La première initiative : les ciné-parcs

Au cœur de la crise, le public coréen a suivi à la lettre les consignes du gouvernement et a fui les salles de cinéma. Pour pallier cette situation, des ciné-parcs se sont improvisés rapidement sur des terrains vacants le long des autoroutes et ont alors connu, un vif succès. Ces sites étant ouverts toute l’année, il faudra voir si les Coréens continueront à les fréquenter avec la réouverture des salles de cinéma et tout le confort qui vient avec.

Des salles de cinéma à moitié pleines, volontairement

Nos politiciens nous le répètent quotidiennement : deux mètres sauvent des vies. Les propriétaires de cinémas coréens l’ont vite compris ! Les nouvelles technologies sont omniprésentes dans la vie des Coréens, et l’industrie du cinéma n’est pas en reste. Il n’y a plus de guichets humains pour acheter son billet. Réserver sa place se fait uniquement via une application web ou par le biais d’un distributeur, sur place.

En ne proposant que des sièges numérotés, les exploitants ont choisi d’offrir une capacité réduite en bloquant à la vente certaines places stratégiques pour ainsi respecter les normes de sécurité instaurées par le gouvernement.

(photo avec le couple devant le plan : ce jeune couple découvre avec surprise qu’ils ne pourront pas avoir accès à tous les sièges de la salle. Interrogé sur cette nouvelle mesure, ils avouent qu’ils ne le savaient pas, mais que cela les rassure que de telles mesures soient prises. )

Une machine pour obtenir son popcorn et sa boisson

Qui dit «cinéma», dit popcorn et soda. Comment éviter les contacts humains à cette étape ? L’un des grands groupes de cinéma en Corée, CGV propose dans l’un de ses complexes des installations conçues pour éviter au maximum les contacts entre les employés et les clients.

Des comptoirs «Fabrique du popcorn» et «Fabrique du chien-chaud» ont été déployés à l’entrée du cinéma

et les clients peuvent récupérer leur boisson près du comptoir déjà existant. La commande se fait via l’application Web du cinéma ou par via les machines mises à disposition dans le cinéma. La transaction est numérotée et quand la commande est prête, elle s’affiche sur un tableau numérique.

Il faut alors scanner son ticket afin d’activer le casier dans lequel se trouve la commande. Le casier change de couleur et la porte s’ouvre afin que le client récupère son dû. Le tout sans aucun contact humain.

Ce sont des exemples testés en Corée du Sud depuis le début de l’année, mais d’autres avenues pourraient voir le jour dans les prochains mois puisque tout n’est pas encore revenu à la normale. La question est de savoir s’ils peuvent trouver écho au Québec afin de permettre au public de retourner dans les salles obscures en toute sécurité, pour le plaisir de tous !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s